Menu
Jazz cubain
YILIAN CAÑIZARES
vendredi 17 mai 2019 à 20h30

Violoniste, chanteuse, la diva havanaise combine dans son jeu la précision des sonates de Bach, les rythmes ancestraux afrocubains, le jazz new-yorkais et l’héritage du Buena Vista Social Club…

Une charmante jeune fille, enfilée dans une robe de mousseline qui peut ajuster son archet en même temps qu’elle chante des hymnes ouest-africains. On croit que c’est la joliesse virtuose qui la caractérise. Et puis, en deux secondes fulgurantes, la belle havanaise installée en Suisse montre ses dents carnassières. Elle traverse d’un bond les mémoires de Chopin, celles de Chucho Valdés, le jazz de New York, l’audace impérieuse des cérémonies traditionnelles cubaines. Rien n’est joli dans cette musique : tout est urgent.
Repérée dès l’âge de sept ans pour ses dons exceptionnels, Yilian étudie chez elle, dans une capitale, La Havane, qui est un carrefour. Elle apprend très vite les rythmes complexes, les espaces oniriques et une Afrique réécrite dans l’insularité glorieuse d’un pays qui importe aussi des professeurs de piano et de violon russes. Rigueur, fantaisie, racines, Yilian est le fruit de plusieurs histoires. Elle part ensuite pour Caracas, là où la musique symphonique est aujourd’hui sans doute la plus répandue et la plus populaire, pour approfondir l’apprentissage scrupuleux d’un instrument qui aime à se rebeller. Puis c’est en Suisse qu’elle débarque enfin pour y peaufiner ses arpèges. Curieusement, c’est au milieu de cette Europe protestante qu’elle s’inspire des divinités Yoruba et qu’elle cherche à réactiver dans ses compositions la puissance métissée du jazz latin, en mêlant tout ce qui, de près ou de loin, passe par ses mains.
Un tel talent est bien vite repéré. La « Perle de Cuba », comme titre l’Humanité, remporte en 2008 le Prix du public au Montreux Jazz Festival, puis joue avec l’immense chanteur brésilien Gilberto Gil, ou bien encore avec les membres du mythique Buena Vista Social Club, avant d’être invitée dans plusieurs grands festivals. « En tant que femme, je me nourris de la force de mon aïeule, Mapucha, à laquelle j’ai dédié un titre de mon dernier disque, explique Yilian Cañizares. Née esclave, elle est morte en femme libre. C’est la première femme de ma famille dont nous savons qu’elle a été libre. Cela me touche et m’encourage. » Et Yilian Cañizares ne se contente pas de prodiguer sa douceur. Elle allume les feux de forêt, les mambos incandescents, la maîtrise absolue d’un répertoire sans limites…

Réservez ! vendredi 17 mai 2019 à 20h30 Le Parvis

La fonction « réserver en ligne » n’est pas encore disponible pour votre cinéma. N’hésitez pas à contacter une des personnes ressources de notre réseau si vous souhaitez plus d’informations sur un film ou sur une séance.

  • Le Parvis
    Centre Méridien Ibos - 05 62 90 08 55
  • Argelès-Gazost
    Cinéma Le Casino - 05 62 97 53 00
  • Arrens-Marsous
    Maison Val d'Azun - 05 62 97 49 49
  • Bagnères-de-Bigorre
    Cinéma Le Maintenon - 05 62 91 12 00
  • Barèges
    Cinéma Le Refuge - 05 62 92 66 82
  • Cauterets
    Cinéma Le Casino - 05 62 92 05 26
  • Cizos
    Cinéma Le Magnoac - 05 62 39 86 61
  • Gourette
    Cinéma - 05 59 05 32 69
  • Laruns
    Cinéma Louis Jouvet - 05 59 05 41 39
  • Loudenvielle
    Cinéma L'Arixo - 05 62 99 95 94
  • Lourdes
    Cinéma Le Palais - 05 62 42 37 69
  • Saint-Laurent-de-Neste
    La Maison du Savoir - 05 62 39 78 78

TARIF C