Menu
théâtre
J'espère qu'on se souviendra de moi
Inspiré de Fassbinder / Sébastien Bournac / Jean-Marie Piemme
mardi 18 octobre 2016 à 20h30

Charles Z. est plombier. Financièrement à l’aise lorsqu’il y a du travail, un peu moins lorsqu’il n’y en a pas. Ne ménageant pas sa peine, aimant sa femme, broyant, il est vrai, du noir lorsqu’il se trouve désœuvré, mais globalement sans histoire et sans problème. C’est pourtant ce même Charles Z. qui, un jour, se rend coupable d’un meurtre…

Que se passe-t-il dans la tête d’un homme qui, soudainement, vrille ? Que peut-il bien se produire pour qu’un individu lambda, voire même tout ce qu’il y a de plus ordinaire, décide un beau jour, assistant à une scène de violence légère et finalement banale (impliquant en l’occurrence un jeune cycliste et le conducteur d’une automobile qu’il vient de rayer par maladresse), de s’interposer, et de tuer l’un des deux protagonistes ?
Inspiré de la trame d’un téléfilm de Rainer Werner Fassbinder paru en 1976, le nouveau directeur du théâtre Sorano de Toulouse Sébastien Bournac, épaulé de l’auteur et dramaturge belge Jean-Marie Piemme, propose une mise en scène de ce fait divers qui pourrait aussi bien être frappée de la mention « d’après une histoire vraie ». En l’espèce, ce n’est pas le cas, et d’ailleurs qu’importe que cela le soit ou non… Car Sébastien Bournac et Jean-Marie Piemme semblent moins intéressés par les détails de cette sordide affaire que par ce qu’elle dit de l’humain.
Pour discuter cette étrange histoire, sept comédiens sur le plateau, assumant les rôles, respectivement, du père, de la mère, de l’épouse, de la grand-mère et d’un employeur de Charles Z., ainsi que celui d’un jeune homme témoin de la scène… « Un JE démultiplié pour parler de NOUS », dit Bournac. Et, en effet, chacune des « prises de paroles » successives révèle finalement moins de la personnalité du meurtrier que de celle de celui qui parle. Face à l’acte inexplicable, le témoin, l’ami, le proche, trouve, comme toujours, son refuge dans le moi, et aussi bien dans le récit d’une commune humanité. Et c’est la grande force du texte de Piemme que de la faire ressurgir.

Réservez ! mardi 18 octobre 2016 à 20h30 Le Parvis

La fonction « réserver en ligne » n’est pas encore disponible pour votre cinéma. N’hésitez pas à contacter une des personnes ressources de notre réseau si vous souhaitez plus d’informations sur un film ou sur une séance.

  • Le Parvis
    Centre Méridien Ibos - 05 62 90 08 55
  • Argelès-Gazost
    Cinéma Le Casino - 05 62 97 53 00
  • Arrens-Marsous
    Maison Val d'Azun - 05 62 97 49 49
  • Bagnères-de-Bigorre
    Cinéma Le Maintenon - 05 62 91 12 00
  • Barèges
    Cinéma Le Refuge - 05 62 92 66 82
  • Cauterets
    Cinéma Le Casino - 05 62 92 05 26
  • Cizos
    Cinéma Le Magnoac - 05 62 39 86 61
  • Gourette
    Cinéma - 05 59 05 32 69
  • Laruns
    Cinéma Louis Jouvet - 05 59 05 41 39
  • Loudenvielle
    Cinéma L'Arixo - 05 62 99 95 94
  • Lourdes
    Cinéma Le Palais - 05 62 42 37 69
  • Saint-Laurent-de-Neste
    La Maison du Savoir - 05 62 39 78 78

Tarif C

distribution

texte Jean-Marie Piemme
mise en scène Sébastien Bournac

avec Séverine Astel, Alexis Ballesteros, Alexandra Castellon, Régis Goudot, Pascal Sangla, Benjamin Wangermée

accompagnement musical Sébastien Gisbert
conception scénographique Christophe Bergon
création lumière et régie générale Philippe Ferreira

régie plateau et construction des décors Gilles Montaudié
régie son Loïc Célestin
conseil en motorisation Stéphane Dardé

création des costumes Noémie Le Tily
assistant à la mise en scène Yohan Bret
photographies François Passerini

administration Anne Adam Brunel
diffusion, production Marie Attard / Playtime

 

production

production compagnie Tabula Rasa


coproduction Théâtre Sorano, Toulouse ; Scène Nationale d’Albi ; Le Parvis, Scène Nationale de Tarbes.
La compagnie Tabula Rasa est conventionnée par la DRAC Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, par la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée et par la Ville de Toulouse. Avec la participation du Département de la Haute-Garonne.

Le Groupe Cahors – Fondation MAEC participe depuis 2005 au développement des projets de la compagnie Tabula Rasa.
Avec le soutien de l’ADAMI. L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.


Avec le soutien de la SPEDIDAM. La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes-interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.