Menu
Programme de salle Sin Permiso

Sin permiso – Canciones para el silencio

Ana Morales


durée 1h15

« Quand vous découvrez que rien n’arrive par hasard, que l’Andalousie faisait partie de ma peau avant moi, qu’il y avait un homme marqué par la douleur et la douleur provoquait son silence, que son silence se transformait en musique, en art flamenco, qu’il y avait des routes vers d’autres terres marquées de sang et que son sang revient enfin vers ses terres. Que ses paroles silencieuses furent emportées par le vent et que le vent les transformera en danse... »

Ana Morales


« Il y a des espaces dans notre intérieur qui ressemblent à nos greniers, où nous accumulons des objets oubliés ainsi que des souvenirs lointains, des moments et des relations vécus et qui nous ont marqués d’une manière ou d’une autre. Ces espaces voyagent dans un endroit profond de nous et se perdent dans la frontière entre la raison, le rêve et la mémoire. Pour Ana Morales, le souvenir du père est lié à sa relation avec l’Andalousie et le flamenco, avec une manière de comprendre l’art et la vie. Cependant, pendant longtemps, il a interdit l’accès à sa mémoire, son histoire et à sa personne, toujours enveloppées dans un nuage de silence et de mystère. Ana entre aujourd’hui dans son espace, où se cachent les « pourquoi » de certaines questions, comme elle entre en relation avec les hommes, la danse, le flamenco... Et elle le fait Sin permiso, comme un rituel personnel, pour rencontrer ces souvenirs et les exorciser, mettre de l’ordre et laisser passer l’air, jouer à nouveau avec ces jouets et objets du passé et leur donner un nouveau sens, pour y trouver les indices de leurs futures étapes. »

Guillermo Weickert

 

Ana Morales

Née à Barcelone en 1982, Ana Morales y étudie la danse et le flamenco au Conservatoire. À 16 ans, elle déménage à Séville, grâce à l’aide d’une bourse d’études de la Compagnie Andalouse de Danse (aujourd’hui Ballet Flamenco d’Andalousie), dirigé par José Antonio Ruiz. Elle termine ses études avec des professeurs comme Rafael Campallo, Juana Amaya, Eva Yerbabuena, Isabel Bayón ou Andrés Marín. Elle fait ses débuts dans Puntales à la Biennale de flamenco 2000. En 2001, elle intègre la Compagnie Andalouse de Danse et participe aux spectacles Encuentros, Picasso. Paisajes, La Leyenda, Bodas de sangre et Cosas de payos.. Elle a travaillé notamment pour la compagnie de Javier Latorre, dans Triana, au nom de la rose, avec Javier Barón Meridiana, avec Andrés Marín dans Asimetrías (2004), Kahlo Caló (2008), dirigée par Rafael Estévez et avec Miguel Ángel Cortés. Elle joue également dans le film Iberia de Carlos Saura. Parallèlement, elle conçoit ses propres productions, et fait ses débuts au Festival de Jerez avec De sandalia a tacón, suivi par ReciclARTE et Mirada Lenta. Elle a reçu le Prix Desplante du Festival International de chant de Las Minas de La Union en 2009 et le Prix Giraldillo del biale à la Biennale de Séville en 2018.

 

Guillermo Weickert

Formé comme acteur à l’Instituto del Teatro de Sevilla, et comme danseur au Centro Andaluz de Danza, Guillermo Weickert débute au sein de compagnies de danse telles que L’anónima Imperial, Mudances/Angels Margarit, ou Danat Danza, ou encore de compagnies de théâtre telles que le National Theater Wales, Ur ou le CAT (Centro Andaluz de Teatro). Membre des rencontres Col.lina (Collaboration in Arts, Newcastel 2006), depuis plus de dix ans, Guillermo Weickert combine son travail d’interprète avec celui de créateur, en dirigeant et chorégraphiant de nombreuses œuvres, autant pour sa propre compagnie, qu’en tant qu’artiste invité. Ses créations ont été vues dans de nombreux festivals et programmations de danse. Il fait partie de l’équipe artistique du Teatro de La Abadía de Madrid dans El Público de Lorca, dirigé par Alex Rigola et continue sa collaboration en tant qu’interprète dans la compagnie Dame de Pic/Karine Ponties.


Direction artistique et mise en scène Ana Morales, Guillermo Weickert

Chorégraphie et interprétation Ana Morales, Abel Harana

Collaboration chorégraphique David Coria

Musiciens Juan José Amador (chant), Juan Antonio Suarez « Canito » (guitare), Daniel Suarez (batterie, musique électronique)

Régisseur assistant production Jorge Limosna

Création son et technicien Kike Seco

Création lumière Olga García (A.A.I)

Décor Francisco Munzón

Costumes Pilar Cordero, Lopez de Santos, Belén de la Quintana, Marcela Cotélac

 

Production Artemovimiento Daniela Lazary, Ana Morales

Coproduction Sadler’s Wells Londres – London Flamenco Festival, Tanzhaus Dusseldorf, Festival de Jerez, Agencia Andaluza de Instituciones culturales

Collaborations Michio Woirgart, Sabio musique électronique off en creation musicale, Ivan Bavcevic (École de la Conscience)

Management, distribution, direction de production Daniela Lazary, artemovimiento


Remerciements Instituto Andaluz del Flamenco, Conservatorio de Danza Antonio Ruiz Soler, Escuela Pública de formación Cultural, Centro Cívico Juan Antonio González Caraballo (Torreblanca)